Émotions : à quel point peut-on s’y fier ?

Exprimer ses émotions c’est comme d’enlever les nuages noirs devant le soleil pour laisser pousser les fleurs.

Tantôt inhibantes, parfois désarmantes ou hilarantes, il nous arrive d’être surpris par nos émotions voire même de les subir. Mais quel est le rôle de l’émotion ? Alerte ou leurre ? Jusqu’à quel point peut-on s’y fier ?

Spinoza, philosophe visionnaire du XVIIe siècle, a exploré les émotions humaines et leur rôle dans nos décisions. Il distingue les émotions des sentiments.
Antonio R. Damasio décrypte Spinoza et nous rappelle que les émotions préexistent aux sentiments. Elles se manifestent malgré nous et se traduisent par des caractéristiques physiques : rires, pleurs, rougeurs, sueurs, tremblements …
Les sentiments, quant à eux, apparaissent avec la réflexion : ils sont le résultat d’un processus psychique. Si l’on s’attarde à écouter son émotion, nous pouvons la rattacher à un sentiment. « Les émotions se manifestent sur le théâtre du corps et les sentiments sur celui de l’esprit » (Damasio – Spinoza avait raison)

Les passions, toujours selon Spinoza, émergent d’un manque de compréhension claire des causes qui les déclenchent, ce qui les rend souvent plus intenses et difficiles à contrôler.

Qu’est ce qu’une émotion ?

Lorsqu’une émotion pointe le bout de son nez, doit-on alors s’y fier ou s’appuyer davantage sur une rationalité afin de naviguer plus facilement dans la complexité de la vie ? Je vous propose d’y réfléchir ensemble.

Qu’est ce qu’une émotion ?

Avez-vous vu ”Vice Versa”, ce film d’animation qui explore le fonctionnement intérieur de l’esprit humain ? Imaginez que les émotions sont comme les personnages de Vice Versa.
Chaque émotion (la joie, la tristesse, la peur, la colère, la peur et le dégoût) agit comme un protagoniste avec sa propre personnalité. Comme dans le film, dans lequel les personnages interagissent pour influencer les décisions, les émotions façonnent notre comportement quotidien. Ce sont des réactions instinctives à notre environnement, des messagers intérieurs qui influent sur nos choix. Bien plus que de simples réactions, ce sont des indications précieuses de notre état interne et des réponses complexes à des situations : de la joie lumineuse à la tristesse profonde en passant par la colère. Chacune d’entre elles nous envoie un message. Nos émotions sont le résultat d’un processus naturel pour réagir face aux divers événements qui ponctuent notre existence.

Et comme les personnages de Vice Versa, nos émotions travaillent en équipe, parfois en conflit, parfois en harmonie, pour façonner notre expérience et nos réponses au monde qui nous entoure.

Quel est le rôle des émotions ?

Nos émotions remplissent 3 grands rôles pour nous aider à cheminer dans notre vie, elles :

1. Indiquent nos besoins et nos désirs :

Naturellement, elles disent ce dont nous avons besoin. Ainsi la frustration peut signaler un besoin de changement tandis que la joie peut mettre en exergue ce qui nous motive réellement.

2. Nous guident pour prendre des décisions :

Les émotions éclairent nos choix en nous aidant à identifier ce qui résonne le plus avec nos valeurs et nos aspirations.

3. Sont des outils pour surmonter les défis :

En acceptant nos émotions, nous pouvons mieux affronter les obstacles, comme la peur de l’échec ou le doute, et ainsi progresser vers nos objectifs.

Nos émotions, y compris les désagréables ou négatives, motivent nos actions : par exemple, lutter, fuir ou se figer. Elles indiquent aux autres que nous faisons face à des facteurs de stress et que nous avons peut-être besoin de soutien. Elles sont aussi vecteur de sagesse quand elles nous disent que quelque chose d’important dans notre vie est en train de changer ou nécessite notre attention.

Dans chacun de ces cas, ignorer ou réprimer votre réponse émotionnelle peut vous empêcher d’apprendre et d’agir. Il est donc utile d’apprendre à accueillir ses émotions.

Qu’est ce qu’une émotion ?

Quel est le piège lié à nos émotions ?

Les émotions peuvent se révéler des pièges insidieux car elles sont alimentées par nos croyances limitantes.

Ces croyances, souvent inconscientes, influencent nos émotions en colorant d’une certaine façon notre perception du monde en fonction de notre vécu.
Ainsi un événement nous faisant penser à une expérience passée, positive ou malheureuse, peut déclencher les émotions suscitées par l’expérience passée sans tenir compte que la réalité du moment est différente.
Nos émotions peuvent alors occulter la réalité objective de la situation et nous restreindre voire influencer nos décisions de façon pas toujours rationnelle.

Peut-on se fier à nos émotions ?

Mais alors me direz-vous, peut-on se fier à ses émotions ? Oui et non.

Nos émotions sont des guides précieux : elles révèlent nos sentiments authentiques et nous aident à naviguer dans la vie. Mais bien qu’elles soient un indicateur important, elles ne sont pas pour autant une source infaillible de vérité. Je vous conseille donc de les examiner avec du recul et de la rationalité.
Une émotion, tout comme une pensée ou un sentiment n’est pas une vérité. C’est la manifestation physique d’une pensée ou d’une croyance face à une situation. Si l’on observe la même situation sous un autre angle, l’émotion peut évoluer. En les comprenant mieux, en les analysant et en les confrontant à la réalité, vous pourrez ainsi éviter les décisions impulsives ou excessivement influencées par vos émotions.

Oui, on peut donc se fier à nos émotions dans la mesure où on les accepte comme des indicateurs de notre état intérieur.

Apprendre à les accepter, à les accueillir sans jugement, c’est comprendre leur langage et les laisser circuler sans s’y attacher. En les considérant comme des signaux plutôt que comme des vérités incontestables, je crois que l’on peut tirer profit de leur sagesse sans être complètement gouverné par elles. C’est donc un équilibre à trouver entre accueil et recul.

Mes recommandations pour aller plus loin

Un film : Vice versa

Le film est une allégorie de notre fonctionnement psychologique. Il raconte l’histoire de Riley, une fillette de 11 ans, dont tous les faits et gestes sont contrôlés par 5 personnages qui vivent dans sa tête. Chacun de ces personnages représente une émotion différente : la joie, la tristesse, la colère, la peur et le dégoût. Le film nous propose une description plutôt réaliste de la façon dont nous apprenons de nos expériences.

Des méditations guidées par Christophe André

Deux lectures

  • “Émotive” de Sandrine Martin
  • “Spinoza avait raison” d’Antonio R. Damasio

Une méthode

Le modèle de Brooke Castillo.