Déconstruire ses croyances
limitantes pour avancer

« On risque autant à croire trop qu’à croire trop peu » Denis Diderot

« Je ne vais pas y arriver », « les autres sont meilleurs que moi », « je ne suis pas assez ceci, peut-être trop cela » … certaines pensées nous mènent la vie dure ! D’où viennent-elles ? A quoi servent-elles ? Sommes-nous obligés de les subir et de vivre avec ? Notre cerveau prend pour acquis ces petites phrases pessimistes et nous avons l’impression que c’est la vérité.

La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons agir dessus !

Les croyances, c’est ce que l’on a dans la tête et que l’on considère comme étant LA vérité. Ce sont des idées ancrées en nous sans que nous en ayons forcément conscience. Elles ne sont pas toujours fondées et ne reflètent pas forcément la vérité. Certaines croyances nous ont sans doute aidé à certains moments de notre existence mais peuvent devenir limitantes dans un autre contexte.

Elles sont présentes dans tous les domaines de notre vie, aussi bien dans le domaine familial que professionnel.  Identifier ses croyances négatives permet de s’en défaire et de voir les choses sous un angle plus positif.

La première étape pour agir sur elles, c’est de se rendre compte qu’elles existent.

Les croyances déterminent notre sentiment d’efficacité personnelle, c’est-à-dire l’idée que nous nous faisons de nos propres capacités. En déconstruisant vos croyances négatives, vous modifierez positivement votre sentiment d’efficacité personnelle et donc vos comportements et résultats effectifs. Le sentiment d’efficacité personnelle occupe une place de plus en plus importante dans la société, et il a été démontré qu’il avait une réelle influence positive sur les comportements et réussites des individus.

Vos croyances VOUS appartiennent, elles viennent de vous, vous pouvez donc agir dessus.

Comment faire ?

Interrogez-vous sur le pourquoi. Pourquoi cette pensée vient-elle à votre esprit à ce moment précis ?  (expérience passée douloureuse, quelque chose que l’on vous a répété quand vous étiez enfant…). Ne questionnez pas la réalité de cette pensée mais demandez-vous simplement d’où elle vient, pourquoi elle est là.

Il vous coûtera autant d’énergie à vous dire que vous n’arriverez pas à quelque chose que de vous dire que vous y arriverez. Mais en vous disant que vous y arriverez, vous multipliez vos chances que cela arrive réellement. La peur d’être déçu du résultat pousse les gens à voir les choses négativement, se disant que « au moins, s’il en ressort du positif, on sera content et si ça ne marche pas, on s’y attendait alors on sera moins déçus ». Mais cette façon d’appréhender un évènement ne vous autorise pas à donner le meilleur de vous-même pour atteindre votre but.

Croire en ce que l’on fait facilite la réalisation d’actions effectives.

Exemples de croyances limitantes fréquemment rencontrées parmi mes clients :

  • Si je quitte mon emploi, je ne retrouverai jamais de travail
  • Je suis trop vieux /vieille pour changer de métier, reprendre une formation
  • On ne fait pas que ce qu’on veut dans la vie
  • Il faut travailler dur pour y arriver
  • On ne peut pas vivre de son art
  • Artiste ce n’est pas un métier
  • Je ne suis pas à la hauteur
  • Je n’ai pas le droit à l’échec
  • Tout le monde compte sur moi
  • L’argent c’est sale
  • L’argent ne fait pas le bonheur

Ces croyances vous empêchent de développer votre potentiel et de vivre la vie dont vous rêvez.

Petite astuce pour faire bouger vos croyances

1 – je liste mes croyances négatives et celles transmises par mes parents ou mon entourage

2 – A chaque croyance, je me pose la question « est ce vrai ? est-ce vraiment vrai ?

3 – Je trouve des exemples qui contredisent cette croyance

Drivers et messages contraignants

Le concept des Drivers a été développé par Taïbi Kahler, Psychologue Américain et Analyste Transactionnel.

Ces messages contraignants proviennent de nos parents ou autres figures parentales. Ils influencent et orientent toutes nos actions au quotidien, comme si tout notre être était “poussé” de l’intérieur pour tout faire pour être à la hauteur de cet ordre reçu. 

Je dois être parfait : La perfection n’existe pas, et si vous passez trop de temps à lui courir après, vous aurez moins le temps de profiter de vos petites victoires et petits progrès de tous les jours et risquez d’être souvent déçus.

Je dois être rapide : La société actuelle prône la rapidité et nous encourage à être le plus productifs possible. Mais vous en avez déjà fait l’expérience : vos actions ne sont pas de meilleure qualité lorsque vous voulez tout faire, et faire vite. C’est même l’inverse.

Je dois être fort : On nous apprend à masquer certaines émotions, et il en découle une peur d’être rejeté si celles-ci sont exprimées. Il est parfois utile de masquer son ressenti dans certaines situations mais le nier ne le fera pas disparaitre. Il n’est pas grave de laisser parfois s’exprimer ses émotions, mais il est important de les accepter et de savoir vivre avec.

Je dois faire plaisir aux autres : Rendre service, faire plaisir… sont des valeurs que l’on nous enseigne dès notre plus jeune âge. Cela ne doit cependant pas être la condition d’une relation, ni se faire au détriment de votre propre bien être. 

Je dois faire des efforts : Faire des efforts est nécessaire pour atteindre vos buts. Cependant, il faut réussir à se ménager du temps pour se reposer, et s’écouter soi-même pour ne pas aller au-delà de ses limites. Ayez confiance en vous et en vos capacités.

Si vos croyances persistent à vous mener la vie dure, le coaching vous aidera à vous en libérer.

Cet article vous a plu ?
Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Facebook
Twitter
LinkedIn

Retrouvez d’autres articles en cliquant ici.

Fermer le menu